En ce week end précédant Noël, je travaille le Samedi matin et n'arrive à la chasse que pour la battue de l'après midi. Venant directement de la région parisienne, je choisis donc le fusil car sinon je dois affûter mes flèches et j'arriverais trop tard. Dès le départ des sangliers sont levés, j'en vois se dérober trois au loin, hors de portée de mon fusil. Un peu plus tard, une quizaine d'autres passent entre mon père et Bernard, ils tirent tous les deux en même temps, et sont tous les deux dedans. Ils font tous les deux un sanglier, enfin plutôt un sanglier à deux car sur les quinze sangliers qui passent vers eux, ils ont tiré le même et le sanglier est atteint de deux belles balles...

P1040817

Le sanglier atteint des deux balles...

Après avoir arrosé ce sanglier lors du dépouillage, Adrien nous invite pour une dégustation sympathique de ses différents Chablis. Le problème, c'est que sa gamme est étendue, et cette dégustation m'oblige à rester sur place car prendre la voiture serait totalement inconscient...

P1040846

Bernard, mon père, moi, tonton Yves, Polo et Adrien.

Je dors donc avec Polo à la cabane, et, après une nuit un peu difficile pour le dos ( j'ai dormi sur la table) Adrien vient me chercher comme prévu en quad à 8h00 afin de récupérer mon appareil de photo surveillance et de faire le pied.       

P1010914

Ma chambre de fortune...

P1040861

Petit tour en quad au réveil.

PC210014

Sangliers toujours autant présents.

Encore une fois, les sangliers sont venus dans la nuit, près de trois quarts d'heure. D'autres pieds dans d'autres bois de notre territoire nous donnent confiance sur le déroulement de la chasse. Ayant dormi à la cabane, je suis donc ce dimanche matin au fusil. Nous chassons en limite de la commune d'à côté, eux aussi sont à la chasse dans ce coin. Plusieurs chevreuils passent à portée de moi, mais je ne suis pas décidé à les tirer. Puis, une belle mène des chiens me fait sortir un beau brocard bien coiffé, et je le tire à environ trente mètres, loupé! Ma balle passe au dessus, je ne le double pas.

Une petite heure plus tard, les chiens se mettent au ferme et un sanglier sort à un soixantaine de mètres de moi. Il s'approche, je ne bouge pas, le voici à quarante mètres quand il me repère, je le loupe deux fois en beauté, en plein découvert à environ quarante mètres... Il se dirige tout droit sur un chasseur de la commune d'à côté qui le tue sans difficulté. Je me demande bien si mes balles sont encore au dessus, car le pré est très humide et touffu, si bien que je n'ai pas vu les impacts. Martial, un chasseur qui était placé au dessus de moi vient me voir. Nous cherchons mes balles, pas de sang, il est bien loupé... Puis un nouveau "Alaou" est hurlé par les traqueurs et un autre gorêt sort dans le pré au loin. Mon père le loupe une fois et il se dirige vers nous. Nous le perdons de vue quand il rentre dans une petite haie au milieu du pré. Nous attendons et je le vois sortir, il s'arrête à vingt mètres de Martial, qui est à quelques mètres de moi mais plus près. Il le met en joue mais ne tire pas, mais que fait-il ??? Et le sanglier démarre à travers pré, il tire et le loupe, je le tire et idem, loupé, puis lui, moi... Il est blessé à l'arrière train mais court encore bien...et va tout droit ou son copain s'est fait tué. Et voilà, même punition, trois balles plus tard et l'annonce de la mort est faite. Finalement, ce sanglier avait quand même pris trois de nos balles: deux dans une patte avant, et une au dessus des cuissots.

Voilà une belle matinée ou pour une fois, j'ai loupé deux belles occasions au fusil de faire un sanglier, et un superbe brocard. Quelle maladresse, peut être à mettre sur la nuit difficile que j'ai passée...mdr

L'après midi je vais avec mon père et Soho à la bécasse. En deux heures, nous levons quatre bécasses, mon père en tire deux, et moi une, les trois sont au tableau. Un peu plus d'adresse que le matin!!! Nous entendons les autres chasseurs à la battue ferrailler, ils sont encore tombés sur des gorêts et deux sont tués, un autre blessé. Une recherche avec un conducteur de l'UNUCR est effectuée le lundi, mais en vain, il doit s'agir d'une blessure superficielle. Au moins, nous avons fait ce qu'il fallait pour le retrouver.

P1040864

3 Bécasses au tableau, deux pour mon père et une pour moi.

P1040866

Deux sangliers de 45kg et 71 kg.

Voilà donc un superbe week end qui se termine avec beaucoup d'animaux de vus, plein d'émotions et des souvenirs qui resterons lontemps en mémoire, c'est aussi ça, la Chasse...