Déjà fin Février, nous y sommes... Pour moi, le 16 Février sera mon dernier jour de la saison.

Ce lundi, je suis invité par Jacques dans une chasse du côté d'Avallon. Après 3/4 d'heure de route, nous voici arrivés au milieu de la forêt afin de faire le pied. Il a bien gelé cette nuit ,et, Doko, le teckel de Jacques, nous aide bien pour faire le pied dans ces sous bois secs.

P1050025

L'utilisation d'un chien est indispensable pour faire le pied.

Nous surprenons cinq chevreuils en train d'apprécier les colzas. Nous les observons quelques minutes, discrètement, et reprenons notre chemin. Doko sent bien, tire sur la longe à l'endroit ou étaient les chevreuils. Nous le laissons se remplir les nasaux de ces odeurs et continuons doucement notre tour. Mais Doko continue à flairer une piste au sol, et, à notre grande surprise, quatre sangliers se sauvent à une petite vingtaine de mètres de nous, dans le sous bois... Doko était depuis un bout de temps sur leur piste, et non sur les chevreuils comme nous le pensions!!! Le pied est donc sûr et nous espérons que ces sangliers vont se caler dans les environs...

Nous nous rendons donc au rendez vous, à la cabane de chasse. Les piqueux rendent leurs rapports et ce matin, la décision est prise d'attaquer nos pieds. Après lecture des consignes de sécurité, nous nous rendons sur place. Je suis placé à côté de Jacques, qui emmène les traqueurs à l'endroit ou nous les avons surpris. Les grands pieds sont lâchés et tout démarre de suite, Jacques, à peine arrivé en poste, voit deux sangliers passer à une vingtaine de mètres de lui. Un sanglier accuse bien le coup mais redémarre, deuxième coup loupé, nous verrons ça plus tard... La menée s'éloigne petit à petit mais avec toujours autant d'intensité... Les chiens sont vraiment excellents et la chasse est agréable malgré l'arrivée de la neige...

Un chevreuil est tiré pas trop loin de moi et je le vois se dérober au milieu des fougères et du houx mais à une vingtaine de mètres et en pleine course, je ne lève même pas l'arc... Un peu de calme à présent, j'en profite pour tirer à nouveau quelques flèches afin de "rester chaud" au cas ou... Un traqueur revient et met son chien, un teckel aussi, vers l'endroit ou Jacques à tiré son sanglier. Il n'y a pas de sang sur place ni dans la direction de fuite. Il remonte une piste et "Alaou" est hurlé, l'annonce est faite à la corne également, pas de doute, il nous l'a retrouvé... La menée s'approche de la sortie et le sanglier se décide à sortir à une quarantaine de mètres de Jacques. Il le laisse filer dans le champ afin de respecter l'angle de 30° et lâche son coup de carabine, il accuse mais continue, il lâche la deuxième, loupé. Nous suivons des yeux le sanglier, il se met à tituber, et tombe enfin, mort. La fin de chasse est sonnée. Le tir était excellent, en plein poumons, sur un sanglier de 40 kg, et pourtant, il a parcouru encore une quarantaine de mètres... De plus, il a commencé de saigner à seulement cinq mètres de sa chute, incroyable avec une telle balle!!! Nous l'observons mais ne voyons pas d'autre entrée, est-ce le même??? Sans doute que la balle l'avait frôlé et il s'était calé là car nos recherches sont restées nulles.

P1050035

Sanglier de 40 Kg à la carabine.

Il est maintenant temps de rentrer manger un bon bout et de remettre ça. L'attaque de l'après midi se fait également sur un pied, d'un animal seul cette fois ci. Nous sommes placés assez loin de la chasse, sur un lieu de fuite reconnu. Tout va très vite et le sanglier est tué rapidement. Nous ne verrons rien et finirons la journée par une bonne séance de tirs sur souches, branches... Ca fait du bien. 

P1050043

Mon poste de l'après midi.

Retour à la cabane pour les honneurs aux animaux: deux sangliers et trois chevreuils.

P1050038

Le sanglier de Jacques et Doko.

P1050042

Deux brocards bien coiffés.

Voilà, pour moi la saison est finie, et l'ouverture de la truite approche, malheureusement je risque de ne pouvoir y aller avant le mois de Mai. Au moins, l'euphorie de l'ouverture sera passée et les abords des rivières seront calmes...