Fin Juillet, je descends deux jours en Bourgogne et compte bien taquiner quelques carnassiers. Le premier après-midi, je tente une sortie à la cuillère: une Mepps jaune n°2 et une Suissex blanche n°3. Après avoir ramé un bon quart d'heure, j'arrive sur le début du parcours, mais là, très vite, le temps se gâte et je me retrouve au milieu de l'orage. Une fois le calme retrouvé, j'arrive à décaler quelques perches mais le temps se gâte de nouveau et l'orage est encore plus fort... Complètement trempé et la pluie ne cessant pas, je décide de rentrer et de remettre ça au lendemain.

P1050604   P1050608                              

             Le calme avant la tempête...         

Me voici donc à 7h00 en place avec mes quatres cannes: trois plombées avec des vifs et un bouchon appâté d'un goujeon. J'ai bon espoir de prendre un Silure ou un Sandre mais une seule touche pour cette matinée: une perche d'une vingtaine de centimètres... C'est maigre.

P1050613   P1050618

                      Un seul départ.                     

Voilà, ces deux 1/2 journées de pêche sont finies et la saison de chasse se prépare déjà avec un pigeon ramier facile à dompter qui nous servira à attirer ses congénères. Nous l'avons récupéré dans son nid alors que sa mère l'avait abandonné. Comme vous pouvez le voir sur la photo, il n'est pas farouche pour le moment et vient se poser sur nous sans aucun problème pour picorer...

P1050624       P1050633

             Jeune ramier.